Bulles de mémoire

 

La vie des Français sous l'Occupation, racontée en BD par des enfants

Le projet Bulles de mémoire

Durant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux Français ont été confrontés aux bombardements aériens, à l’exode de l’été 1940, aux rationnements et aux privations ainsi qu’à l’occupation du pays par l’armée allemande (1940-1944). Ces épreuves douloureuses ont laissé des traces souvent indélébiles dans la mémoire de ceux qui les ont vécues.

Les cinq planches de bande dessinée du projet Bulles de mémoire vous immergent dans des scènes de fiction qui restituent cette histoire à travers le regard, l’interprétation et l’imagination des élèves de la classe de CE2B de l’école élémentaire Joliot-Curie A d’Ivry-sur-Seine. Ils ont été guidés par Delphine Kaniewski, leur enseignante, Nicolas Juncker, auteur et professeur de BD aux ateliers d’arts plastiques de la galerie Fernand Léger de la ville d’Ivry-sur-Seine, ainsi que les Médiathèques et le service Archives-Patrimoine de la ville d’Ivry-sur-Seine

L’exposition a été réalisée dans le cadre de l’édition 2021 de la Semaine de la Mémoire du Génocide des Juifs et des Tziganes, pour la prévention des crimes contre l’humanité et la lutte contre le racisme et l’intolérance.

Un projet artistique et pédagogique

Témoignage de Delphine Kaniewski, professeure des écoles, enseignante de la classe de CE2 B de l’école Joliot-Curie A d’Ivry-sur-Seine :

Le projet « Bulles de mémoire » présente de multiples intérêts pédagogiques pour les élèves. Sa réalisation a mobilisé des compétences dans divers domaines des apprentissages du cycle 2. Il a permis aux élèves, par le travail en groupe, d’échanger entre camarades et d’argumenter, d’enrichir leur vocabulaire grâce à l’utilisation d’un lexique propre à la bande dessinée mais aussi à l’histoire. Ils ont pu réaliser une œuvre collective à partir de leurs créations individuelles, en s’engageant dans une démarche collaborative et enrichir leur travail.

La destruction des jouets d'un enfant

Nadia, Dirar, Crédo, Ranya

Le rationnement

Kim-Anh, Nina, Kavisan, Ellis

Les bombardements

Yassin, Idiatou, Kahina, Mohamed-Amine

L'exode

Evan, Shérine, Bilal, Kylliah

L'Occupation

Jean-Claude, Camille, Ion

La naissance du projet

En 2018, Laurence Benarous a présenté au service Archives-Patrimoine des documents d’archives qui témoignent des conditions de vie de son grand-père, Jean-François Bernard, durant la Seconde Guerre mondiale à Ivry. Pendant l’Occupation, M. Bernard et sa femme ont dû apprendre à vivre avec les difficultés d’approvisionnement en divers produits de consommation. Les conséquences des pénuries s’aggravent avec la naissance de leur fils (le père de Laurence Benarous) en 1941.

La lettre que Jean-François Bernard adresse à son chef de district à la SNCF le 26 janvier 1942 est le point de départ du projet Bulles de mémoire. Elle a constitué pour les élèves une porte d’entrée vers la découverte des conditions de vie des Français durant l’Occupation. Grâce à l’exposition, ce sont désormais ces élèves qui assurent la transmission de l’histoire à travers cinq planches de bandes dessinées.

Témoignage de Laurence Benarous : 

C’est après une visite d’une exposition au Cabinet de curiosités que j’ai découvert les Archives municipales d’Ivry. La lettre de mon grand-père y a été scannée. Fin aout 2020, j’ai reçu un message des Archives me demandant mon accord pour que cette lettre soit utilisée pour un projet avec une classe de CE2. Dans toutes les familles, des petites pochettes avec de vieux papiers doivent dormir… je trouve intéressant de les faire vivre pour des expositions, des projets avec les classes.

Des historiens en herbe (1/2)

Au cours de la première phase du projet, les élèves ont endossé le costume de l’historien en explorant les sources historiques de la période conservées aux Archives municipales et les documents de Jean-François Bernard détenus par sa petite-fille, Laurence Benarous.

Témoignage d’Aurélien Coutier, archiviste aux Archives municipales d’Ivry-sur-Seine :

L’analyse de documents d’archives a permis aux élèves de découvrir et de comprendre certains aspects de la vie des Français sous l’Occupation à travers le parcours personnel de Jean-François Bernard et plusieurs évènements qui se sont déroulés à Ivry. En tant que traces matérielles du passé ces documents rendent plus concrète la réalité de la Seconde Guerre mondiale et constituent pour les enfants une précieuse porte d’entrée vers l’histoire de cette période.

Ils ont poursuivi leur enquête en rencontrant Laurence Benarous puis Pierre Lioust, enfant durant la Seconde Guerre mondiale, qui leur raconta ses souvenirs de l’Occupation.

Des historiens en herbe (2/2)

Ultime étape de leur parcours de découverte, ils se sont plongés dans une sélection d’ouvrages des Médiathèques municipales consacrés à la période.

Témoignage de Stéphanie Dubaquier et Anne-Marie Moureau-Baptiste, bibliothécaires des Médiathèques municipales d'Ivry-sur-Seine : 

Nous avons sélectionné et prêté à la classe des documents présentant la vie quotidienne des Français pendant la Seconde Guerre mondiale. Avant que les élèves ne rencontrent Nicolas Juncker, nous sommes allées dans la classe pour leur rappeler plusieurs mots qu’ils avaient découverts : bombardements, masques à gaz, abris, exode, tickets de rationnement…

Un livre de photos, Nous les enfants de la guerre 1939-1945 de Dominique Missika et Bénédicte Vergez-Chaignon (paru en 2019 aux éditions Taillandier), et un livre jeunesse retraçant la vie d’une enfant pendant la guerre (Pendant la Seconde Guerre mondiale. Léonore, France, 1939-1945 de Yaël Hassan, paru en 2005 aux éditions Gallimard Jeunesse) nous ont permis d’illustrer ces thèmes.

Ces étapes de travail ont apporté aux élèves les connaissances historiques nécessaires à la réalisation du projet et ont suscité chez eux réflexions et émotions, constituant ainsi le matériel de base de leurs créations.

 

Graine d'artistes (1/3)

Dans un deuxième temps, les élèves ont troqué le costume du chercheur contre celui du créateur.

Nicolas Juncker les a guidés dans l’apprentissage des rudiments de la bande dessinée puis dans la création de leurs propres planches. Création du scénario, conception du story-board, répartition des cases entre les élèves, réalisation des dessins, écriture des dialogues, insertion des bulles dans les cases… Les élèves ont pris en main l’ensemble des étapes de réalisation des cinq planches de bandes dessinées qui composent l’exposition.

Témoignage de Nicolas Juncker, auteur professionnel de bande-dessinée :

J'ai montré aux enfants comment réaliser une bande dessinée, étape par étape. Je leur ai d'abord fait imaginer une histoire, librement, oralement, puis séquencé avec eux au tableau cette histoire, en quelques phrases, pour autant de cases. Puis nous avons réfléchi à la répartition de ces cases dans l'espace de la planche (« découpage »), et ce qu'ils devaient y dessiner : cadrage, composition, texte...

Ces planches proposent cinq récits aux scénarios et aux personnages inventés. Pourtant ces fictions sont bien ancrées dans le réel mais un réel réinterprété par des enfants nés près de 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

Graine d'artistes (2/3)

Les élèves ont été répartis en 5 groupes de travail chargés chacun de réaliser une planche sur un thème défini : le rationnement, l’Occupation, les jouets d’un enfant, l’exode et les bombardements. Après avoir inventé un scénario, les élèves l’ont « découpé » en plusieurs étapes qui constituent les cases des différentes planches.

Chaque groupe a ensuite défini la taille des cases et établi un storyboard.

Graine d'artistes (3/3)

Les élèves ont ensuite dessiné les différentes cases. Les défis à relever ont été nombreux : représenter une idée abstraite ou une notion historique, rester fidèle au contexte historique, construire graphiquement les différents personnages ou encore représenter des émotions ou des humeurs.

Nicolas Juncker

Né en 1973, Nicolas Juncker vit en région parisienne. Après avoir effectué des études d’Histoire, il se lance dans la bande dessinée. La richesse de ce parcours nourrit son travail qui s’aventure régulièrement vers des sujets historiques.

Il est auteur et professeur de bandes dessinées au Conservatoire des arts plastiques de Montigny-le-Bretonneux, ainsi qu'aux ateliers d'arts plastiques de la Galerie Fernand Léger à Ivry-sur-Seine.


Bibliographie : 

Éditions Glénat/Treize Étrange :

Le Front, 2003

Malet, 2005

D'Artagnan, Journal d'un cadet, 2008

Immergés (3 tomes), 2009-2011

La Vierge et la Putain, 2015

Octofight (dessin Chico Pacheco, 3 tomes), 2020-2021

Éditions Vents d'Ouest :

Un Jour sans Jésus (dessin Chico Pacheco, 6 tomes), 2018 

Éditions Les Arènes :

Fouché (dessin Patrick Mallet, 3 tomes), 2018-2019 

Éditions Casterman :

Seules à Berlin, 2020

À paraître :

Éditions du Lombard :

Un Général, des Généraux (dessin François Boucq), 2021

 

Les acteurs du projet

Les élèves de la classe de CE2B de l’école élémentaire Joliot-Curie A : Nada Aboukamar, Nina Belhaouas, Dirar Benasla, Bilal Boukrif, Kavisan Chandrasegaram, Idiatou Djalo, Ellis Gozlan, Kim-Anh Guillon, Yassin Itirov, Evan Leguaiment, Kahina Marchal Boudefoua, Kylliah Moutoucarpin, Camille Ngo Ngan, Ranya Ouandjli, Jean-Claude Penda, Ion Roman, Shérine Yaïch, Mohamed-Amine Yamani, Crédo Yoka-Boyika.

 

Conception et réalisation du projet :

Delphine Kaniewski, professeure des écoles, enseignante de la classe de CE2 B, école élémentaire Joliot-Curie A, Ivry-sur-Seine.

Nicolas Juncker, auteur et professeur de bande dessinée aux ateliers d’arts plastiques de la galerie Fernand Léger de la ville d’Ivry-sur-Seine.

Les Médiathèques et le service Archives-Patrimoine de la ville d’Ivry-sur-Seine.

 

Conception graphique et impression de l’exposition :

Le service Information de la ville d’Ivry-sur-Seine.

 

La ville d’Ivry-sur-Seine tient à remercier Laurence Benarous et Pierre Lioust pour leur aide précieuse et leur disponibilité sans lesquelles le projet n’aurait pu voir le jour.